AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Test RP d'Azusa Risu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 48
Date d'inscription : 24/04/2013
Localisation : Avec Brain, mon Renard

Informations personnelles
Argent: no money...
Pouvoir: Controle des Ombres
Je possède:

MessageSujet: Test RP d'Azusa Risu   Dim 12 Mai - 17:11

Sujet : L'examen


    Azusa a été convoqué pour subir un examen. Personne ne lui a rien dit de peur de l'effrayer mais celui-ci se déroule en pleine nuit. L'endroit semble infecté de monstres et est relié au Lac du Pendu. Si elle réussi celui-ci, elle changera de classe. Pourtant, les examinateurs connaissent son point faible et c'est une véritable forêt d'hommes noyée sous une pluie démentielle qui va l'accueillir. Dans ce test rp, vous insisterez sur la diversité des expressions ( comparaison, figures de style, sensation du personnage ) pour rédigez ce test et veillerez à détailler le test en intégralité.
    Le choix du sujet de l'examen, de la durée est libre.
    Il n'y a aucune limite de lignes pour ce test, vous avez deux semaines.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 17
Date d'inscription : 07/05/2013
Age : 23
Localisation : .//. Ici...

Informations personnelles
Argent:
Pouvoir:
Je possède:

MessageSujet: Re: Test RP d'Azusa Risu   Dim 12 Mai - 19:05

Qu'est-ce que je faisais là ? Perdue, sous la pluie. Pourquoi ? Il faisait nuit noire en plus. J'étais trempée comme une soupe, j'avais l'impression d'être frigorifiée de l'intérieur. Pluie. Je ne pouvais même pas me réchauffer. Je haïssais l'eau ! Tremblotante dans un coin, j'essayai de me rappeler, tout en me frottant les bras et en pleurant toutes les larmes de mon corps. Il fallait surtout que j'ignore le fait qu'il y avait des hommes. Et que je reste calme.

Je me rappelais. On m'avait convoquée, sois-disant pour un examen. Je m'attendais à écrire, pas à me retrouver dans cet endroit terrifiant. J'avais envie de détaler comme un lapin pour m'enterrer sous terre telle une taupe et enfin de passer le restant de mes jours effrayée comme un chaton perdu au milieu de l'océan. Je devais rester calme, non ? Reste calme Azu-chan, reste calme. Mais comment rester zen dans un moment pareil ?! Il pleuvait, pas moyen de produire une seule petit flammèche. Avec ma taille, je risquais pas d'effrayer qui que ce soit, pour faire partir tout ça. J'avais l'impression de devenir folle.

Qu'est-ce que je devais faire déjà ? Ah, oui. Sortir de ce pétrin. Sur le moment, je pensais que ça allait être facile. Sauf que là... Je me sentais comme prisonnière d'un cauchemar, le genre de songe où tu es conscient que c'en est un, mais que tu ne peux rien y faire. Pour être sûre, je me pinçai vivement le bras; Douleur. C'était bien la réalité. Allez, un peu de courage, que diable ! Courage ? C'était quoi ça ? Je tremblais, autant de froid que de peur, pauvre petite chose apeurée face à son destin.

Première chose. Bouger, ne pas rester plantée là comme une demeurée. J'avançai d'un pas, puis d'un deuxième. Je tentai de regarder autour de moi. Rien que du noir. Pas une once de lumière. Saloperie de forêt. La gorge sèche malgré la pluie qui coulait sur tout mon corps, je respirais difficilement, la peur formant une espèce de grosse boule au creux de mon ventre. Secouée de tremblements violents, je continuai mon avancée périlleuse. Où aller ? Par où commencer ? Je n'en savais rien.

Soudain, un homme apparut devant moi. Homme. Papa. Peur. Terreur, même. Je hurlai. Vraiment. Il s'approchait de moi. Je reculai vivement, mais mes jambes avaient du mal à soutenir mon poids, pourtant peu important. Son sourire me donnait envie de fuir, sa taille m'affolait. Avec ses gros bras, j'avais l'impression qu'il pourrait me casser en deux comme une brindille. Recule. Recule ! RECULE ! Je ne faisais que ça, tellement que je heurtai un arbre. Il rit. Un rire grave, puissant, effrayant. Je répondis avec un glapissement. Sa main se tendit vers moi...

Je m'enfuis en courant, me doutant qu'il allait me poursuivre. Ce fut là que mon pire cauchemar devint réalité. Il y en avait des dizaines, voire des centaines. A chaque tournant, chaque détour, il y en avait au moins deux, qui lâchaient des rires gutturaux dès qu'ils me voyaient. Un d'eux réussit à m'attraper. Je hurlai tellement fort que les autres se bouchèrent les oreilles. Il me lâcha pour en faire autant, et j'en profitai aussitôt pour détaler. La peur me donnait des ailes, j'allais beaucoup plus vite que d'habitude. Je pleurais toujours autant, mais mes larmes étaient invisibles dans cette pluie démentielle. Je courais, encore et encore, mais ils étaient tous là, partout. Mon coeur battait si fort qu'il m'en faisait presque mal.

Je finis par m'arrêter et rentrai facilement dans un espèce de trou. Ils étaient trop épais pour me suivre dedans. Sûrement une habitation animale abandonnée. C'était boueux, mes cheveux étaient dégoûtants. Je l'étais toute entière. Mais je m'en fichais. Mon esprit était envahi par une seule pensée : fuir. Il le fallait. Mais par où ? Je me mis à creuser désespérément, cherchant un moyen de sortir de cet endroit sans qu'ils ne me voient.

Je sortis finalement au bout d'un temps interminable. J'étais tellement sale qu'on aurait dit un zombie venant de s'échapper de sa tombe. M'essuyant les mains sur le bas de ma robe-pull, je regardai autour de moi. Le silence était presque plus effrayant que les sons que produisaient les monstres masculins qui m'avaient attaquée. Mais je savais que c'était loin d'être terminé. Je déglutis. J'étais déjà fatiguée, et ça n'avait fait que commencer ! Tremblotante, je tentai d'avancer... Et m'écroulai sur le sol. Je n'en pouvais plus, c'était trop d'émotion. Je m'endormis.

Je me réveillai dans un tout autre endroit. J'étais dans l'incapacité de bouger. Merde ! Des liens me retenaient. Je me débattais en pleurant, mais rien à faire. Une idée me vint à l'esprit. Je plongeai le plus possible, de sorte que ma bouche -mes dents surtout- soit au niveau des liens. Je me mis à mâchonner le fil immonde, faisant fi du goût de boue. Il n'était pas très solide, mes dents en vinrent à bout. Je réussis à passer mes bras en dehors, puis mon tronc, et enfin tout mon corps. Il n'y avait personne de visible, mais je savais qu'ils étaient là, quelque part, pas très loin. Je me mis aussitôt à courir le plus vite possible.

Toujours du noir, jamais de lumière. Je commençais à en avoir assez. J'avais faim, froid, mais pas soif. Le pire, c'était bien le fait qu'il faisait un temps de... Oh et puis zut, disons-le. De merde. C'était horrible, je ne voulais que rentrer et me pelotonner près d'un feu comme un chat, et de pouvoir dire, de la même façon que le Poète Crotté, que je m'habillais de feu, et que c'était le plus doux des vêtements. Sauf que j'étais là, perdue dans une forêt remplie d'hommes terrifiants et sûrement d'autres créatures bien pires, à grelotter sous la pluie. Une vie magnifique, non ? D'un coup de manche, j'essuyai mon visage trempé et recouvert de boue. Une autre idée naquit dans mon esprit.

Je pris de la boue au sol et, telle une guerrière de la nature, je m'en tartinais le visage et les mains. Une sorte de camouflage, en fait. Déjà, l'odeur nauséabonde pouvait tromper les plus mauvais prédateurs, mais aussi, ma peau claire était cachée. Il restait le problème des cheveux flamboyants. J'enfouis le plus gros de ma tignasse sous mon pull, et tentai de masquer tant bien que mal le reste avec une autre couche de terre mouillée. C'était dégueulasse, mais nécessaire. Je ne savais pas combien de temps j'avais pour sortir de cet enfer, mais le plus tôt serait le mieux. Je vis un éclair, qui m'indiqua qu'une flopée d'hommes me cherchaient. Je me cachai derrière un buisson, puis rampai, tâchant d'éviter tous les représentants de la gente masculine présents ici.

Quand j'eus l'impression qu'il n'y en avait plus près de moi, je me redressai légèrement. Je me retournai vivement en entendant un bruit... Et tombai nez à nez avec un gros cochon. Je lâchai un hurlement de surprise. Ce n'était pas un gros cochon. Ca avait des espèces de défenses. Je ne me rappelais pas du nom, mais là, je m'en fichais. Il fallait que je parte avant que ce truc me fonce dessus comme un boulet de canon. Je grimpai dans l'arbre le plus proche, comme un écureuil, et m'accrochai à une branche, fier koala.. Ou paresseux, je n'en avais aucune idée. L'énorme truc tenta de renverser mon perchoir mais, au bout de plusieurs échecs, gronda puis s'en alla. Un immense soulagement me submergea. Si je pouvais échapper à quelque chose comme ça, je pouvais échapper à tout.

Je sautai de l'arbre, et un autre éclair m'indiqua qu'il y avait un homme à... Quelques centimètres de moi. J'étais dans son dos, il ne m'avait pas vue. J'hésitais. Si je tentais de le mettre à terre et que j'échouais, il allait me faire très mal. La peur m'empêcha d'affronter l'énergumène, et je partis aussi vite qu'un courant d'air. Mes cheveux attrapaient des branches, des brindilles et autres choses qu'il y avait dans cet endroit lugubre, mais je n'en avais rien à cirer, plus préoccupée par le "comment sortir de ce merdier ?" qu'autre chose. Un tournant à droite, un détour à gauche, un saut tout droit, un retour en arrière pour récupérer un morceau de chaussures.. Je crois que je n'avais jamais autant forcé sur mes muscles que cette soirée-là.

Je restai deux bonnes heures à me perdre au fin fond de cette forêt obscure, terrifiée par chaque ombre gigantesque se présentant devant mon visage apeuré. Telle une gazelle, je sautais chaque obstacle, valsant aussi bien sur le sol que dans l'air. Quand je disais que la trouille me donnait des ailes... Bref. J'esquivais maladroitement chaque homme, glissant entre des jambes, sautant par-dessus des têtes, tournant brusquement pour que tel monstre s'écrase contre un arbre -ou autre chose de bien dur-. Quand ils m'attrapaient, je devenais flasque dans leurs bras, de sorte qu'ils allégeaient leurs prises sur moi. Donc je pouvais me dégager d'un coup. Je ne l'avais fait que deux fois, mon coeur s'affolant à chaque contact physique avec ces ignobles créatures.Pourquoi ? Pourquoi faisaient-ils ça ? Pourquoi moi je faisais ça ? Déglutissant, je tombai soudainement à genoux, et me remis à pleurer. Il pleuvait encore, mais beaucoup moins. L'eau avait effacé la boue que j'avais sur le visage, les cheveux et les vêtements. J'étais trempée, mais plus ou moins propre. Bien que je sache que cette soirée me salissait mentalement, je me consolai en me disant qu'après tout, ça pourrait être pire... Mais valait mieux ne pas penser au pire. C'était déjà assez traumatisant comme ça.

Il n'y avait plus un bruit. Hormis mes sanglots, rien. Lorsque je m'en rendis compte, je redressai la tête. Je voyais... A peu près bien... C'était fini ? Pas encore. Mais j’apercevais une sorte de lumière, au loin. Un semblant d'espoir me permit de me lever et de courir, courir, courir... Ca se rapprochait. Je chialais toujours, mais cette fois, c'était de la joie. C'était la fin, la fin du calvaire, la fin du cauchemar, la fin de l'examen.


-Mademoiselle Risu, vous avez réussi. Cet examen, qui avait pour objectif de montrer vos capacités intellectuelles et physiques prend fin. Félicitations

Oui. C'était une femme qui avait parlé. Pas un seul homme en vue. Juste une femme, grande, souriante mais un peu froide, qui était debout. Je m'écrasai à ses pieds, le trop-plein d'émotions m'ayant achevé. Mais c'était terminé. J'avais réussi. Je pouvais être fière de moi, pour une fois. Recroquevillée sur le sol, je devais certainement avoir l'air faible, par contre... Mais je m'en fichais.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 48
Date d'inscription : 24/04/2013
Localisation : Avec Brain, mon Renard

Informations personnelles
Argent: no money...
Pouvoir: Controle des Ombres
Je possède:

MessageSujet: Re: Test RP d'Azusa Risu   Mer 15 Mai - 14:52

Lu et Approuvé

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Test RP d'Azusa Risu   

Revenir en haut Aller en bas
 

Test RP d'Azusa Risu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nouveau test de répartition
» Mélanie passe le test HIV (pv Guillaume et un autre médecin)
» Test : qui est ton idole...
» Le langage des fleurs... Petit test...
» Etes-vous attentifs aux autres ??? Petit test...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Présentations :: Zone pour les tests rp-